Le Comité National Islamo-Chrétien pour le Dialogue
Formation et Action du Comité du Dialogue


Avec la fin de la guerre au Liban qui a causé tellement de destructions sur les plans humain et dans les biens, plusieurs groupes appartenant à des communautés religieuses différentes, s’étaient spontanément formés, en vue de réfléchir ensemble sur les leçons à tirer de la guerre, et sur les perspectives d’avenir. Ils traduisaient la bonne volonté et le courage des participants, marquant une lueur d'espoir à un moment où prévalait la violence. La portée de leur action n’a pas pu mener plus loin et accéder à une envergure d’ordre national.

Après l’agression aérienne israélienne contre le Liban fin Juillet 1993, un sommet spirituel s’est tenu au siège du Patriarcat Maronite à Bkerké, groupant les chefs de toutes les communautés religieuses libanaises, tant musulmanes que chrétiennes, en date du 2 Août 1993. A l’issue de cette réunion qualifiée d’historique par les médias, et parmi les décisions prises par eux, figure une, portant sur la formation d'un Comité National permanent pour le Dialogue, groupant leurs représentants respectifs et ayant pour tâche d’assurer la poursuite des recommandations prises, de même qu’un dialogue continu, et une liaison permanente avec les différentes autorités tant libanaises qu’internationales, et ce en vue de parvenir à une vision unifiée vis-à-vis des problèmes d’ordre national, et de consolider la coexistence islamo-chrétienne par le dialogue, au Liban et ailleurs.

C'est ainsi que vit le jour le Comité National Islamo-Chrétien pour le Dialogue.
Les représentants des chefs des communautés religieuses avaient été nommés ainsi :

A- Du côté musulman :

Trois personnalités représentant les trois communautés musulmanes :

1- Mr. Mohammed Sammak, représentant de Dar El Fatwa. (le Mufti sunnite Cheikh Mohammed Rachid Kabbani). /P>

2- Mr. Séoud El Maoula, représentant le Conseil Supérieur Chiite. (présidé à l'époque par feu Cheikh Mohammed Mehdi Chams - Eddine).

3- Mr. Soleiman Takieddine, représentant du Cheikh Akl Druze. (P.I Cheikh Bahjat Ghaith à l'époque).

B- Du côté chrétien :

Quatre personnalités représentant les quatre grandes communautés chrétiennes du Liban :

1- L’Emir Harés Chéhab, représentant le Patriarcat Maronite. Il fut chargé en plus d'une mission de coordination et d'information auprès des autres huit Communautés chrétiennes, non représentées dans ce Comité uniquement pour éviter d'avoir une disparité entre le nombre des chrétiens et celui des musulmans (Arméniens Catholiques, Protestants, Chaldéens, Syriaques Catholiques, Syriaques Orthodoxes, Latins, Assyriens, Coptes).

2- Mr. Gabriel Habib, représentant le Patriarcat Grec-Orthodoxe.

3- Mgr. Salim El Ghazal,représentant le Patriarcat Grec-Catholique.

4- Mr. Jean Salmanian, représentant le Catholicossat Arménien Orthodoxe.

Par la suite certaines mesures ont été prises au sein du Comité à savoir :


Nomination de deux secrétaires généraux, un chrétien et un musulman. L’Emir Harés Chéhab a été élu Secrétaire Général de même que Mr. Mohammed Sammak, postes qu'ils continuent d'exercer.

2- Le Patriarcat Grec-Catholique a changé son représentant en remplaçant Mgr. Salim El Ghazal (promu Evêque et Vicaire Général Patriarcal) par Mr. Camille Ménassa. Ce changement a été motivé par le désir de n’avoir que des civils au sein du Comité.

3- Le Cheikh Akl Druze a procédé au remplacement de Mr. Takieddine par le juge Mr. Abbas Halabi.

4- Mr. Michel Abs a été nommé par le Patriarcat Orthodoxe pour remplacer Mr.Gabriel Habib.

5- Dr. Ali El Hassan a été nommé par le Conseil Supérieur Chiite en remplacement de Mr. Saoud El Maoula.

L’activité du Comité :

* Le Comité se réunit régulièrement dans les bureaux respectifs de ses deux Secrétaires Généraux. Il a pris des positions sur plusieurs développements au cours de la période qui a suivi sa formation. Les décisions sont prises de commun accord entre les membres.

* Le Comité a élaboré un document de travail unifié publié le 5/1/1995, représentant pour la première fois au Liban, le point de vue écrit des autorités religieuses libanaises sur la conjoncture actuelle dans le pays, de même qu’une conception du rôle du Liban, et leur vision quant à la solution des problèmes aux quels il fait face. La publication de ce communiqué a été saluée par différentes autorités dont notamment le Président de la République, le Premier Ministre, un grand nombre de chefs et responsables de partis politiques. Mais malheureusement les recommandations prônées par ce document n'ont reçu aucune application de la part de l'Etat. Cependant, le Comité continue ses démarches pour les mettre à exécution et en leur assurant la plus grande diffusion possible.

* Le Comité poursuit son action à travers des conférences, des débats télévisés, des réunions et camps de travail avec les jeunes, autant de thèmes auxquels la presse accorde chaque fois une très large couverture. Ses membres sont régulièrement invités à des conférences et colloques internationaux sur les thèmes du Dialogue.

*******************************************************************************

back to top